Vous êtes iciCatalogue / Nouveautés / Stephen Jourdain / Métaphilosophie-Littérature / Le Chant du Singulier

Le Chant du Singulier


ParRedaction- Posté le10 février 2014

Le Chant du singulier
18,00€
Réf. : 979-10-91413-23-7
Prix : 18,00€

"Ce qui m'est arrivé quand j'avais seize ans ? 

En fait il ne m'est rien arrivé du tout. C'est vrai que c'est l'événement le plus colossal que l'on puisse imaginer, on ne peut pas trouver d'adjectif qui soit à la hauteur de la dimension de l'événement mais soyons francs, il ne s'est strictement rien passé, "ce qui a été, a été", "le rouge, devient rouge", c'est vrai que c'est un événement inoubliable, "moi, devient moi, suis, devient suis", inoubliable, mais en fait rien, un non-événement, rien, absolument rien. Celui qui vit cet événement énorme, s'attendrait à ce qu'il y ait des retombées, qui nous permettent de gérer notre vie le moins mal possible. Non, rien, aucune retombée, rien."

"Dans le domaine de la vie je ne sais pas si nous sommes responsables, irresponsables, je n'en sais rien, je n'ai aucune opinion, ça ne m'intéresse pas. Ce que je sais c'est que nous sommes personnellement responsables de notre déchéance intérieure et du massacre de tout notre champ de conscience. Ça c'est nous, personnellement, qui le mettons en place, ce n'est pas un accident, c'est tout à fait intentionnel, nous sommes tout à fait responsables. Il est très très important de souligner qu'il y a quelqu'un, qui est une personne, qui met tout ça en place. Et ne pas se réfugier, ce qui serait commode, se réfugier dans cette idée brumeuse, et à mon avis nauséeuse, d'un moi impersonnel, parce que là il n'y a plus de responsabilité, il n'y a personne !"

Stephen Jourdain commence sa production littéraire à partir d'une expérience d'éveil spirituel qu'il dit avoir eue à l'âge de 16 ans. Jean Paulhan lui propose de publier ses textes au début des années 1960 à La Nouvelle Revue française. Bien que son orientation littéraire le classe parmi les auteurs de spiritualité contemporaine (proche de la non-dualité occidentale), il a toujours affiché une distance par rapport à cette catégorie.

 

UN FILS DU MOMENT par Jean Paulhan.


Stephen Jourdain appartient à une famille renommée, qui a donné à notre pays (la France) de bons artistes et de hardis écrivains. Je suppose donc qu'il a été bien élevé – qu'il a fait ses classes – qu'il a lu quelques Anciens et Modernes, choisis de préférence parmi les auteurs anarchistes ou révolutionnaires : ce sont les plus libres, et ceux qui ont su le mieux secouer les préjugés et les partis pris de leur entourage. Ils n'offrent, à vrai dire, qu'un danger : c'est qu'ils conduisent assez vite un jeune homme à l'esprit logique à douter de son doute et se révolter contre sa révolte. Voilà qui peut mener très loin.
Voilà qui mène le plus souvent à supposer que tous les gens, en un certain sens ont raison. Qu'il suffirait, pour s'en apercevoir de distinguer le signe que nous fait chaque objet du monde : de démêler les fils qui relient très bien Marx à Jésus-Christ, Narcisse à Prométhée, ou si l'on aime mieux, les petites bêtes du fond des mares aux planètes et aux nuages. C'est en si bonne voie qu'avançait notre héros lorsqu'est arrivée la catastrophe.


Personne n'en saurait imaginer de plus grave ; de plus décisive. Jourdain n'est pas du tout parvenu, comme il l'espérait, à démêler les fils en question. Non, il a été l'un de ces fils, il a même été tous les fils à la fois. Il n'a pas vu la grande Loi du Monde. Plutôt il l'a vue de si près qu'il ne pouvait plus la distinguer. Il s'est fondu en elle. Il est devenu lui-même ce qu'il cherchait. Bref, il a été victime de ce que les Musulmans nomment un instant ; et nous, tantôt un moment, ou bien une nuit, ou encore (de façon beaucoup plus littéraire et prétentieuse) : l'éternité dans l'instant.
 Il n'y a là rien que de banal. Simplement, les instants se sont trouvés dans son cas bien plus nombreux qu'il n'est commun ; se succédant à la fin sans une seule (ou peu s'en faut) solution de continuité ; formant au lieu d'instants, une durée : une sorte de perpétuité. Et nous, naturellement nous nous disions que voilà Stephen Jourdain perdu pour notre monde : incapable désormais de former la moindre pensée qui ne fût aussi la pensée contraire.

Cependant je n'ai pas perdu tout espoir. C'est que Jourdain montre dans sa conduite du bon sens. Il ne s'est livré jusqu'ici à aucune activité extravagante. C'est au contraire : il est allègre et naturel. Il sait inspirer confiance à ceux de ses voisins, auxquels il propose, suivant les principes éprouvés du porte-à-porte, l'achat de bons romans policiers ou de mauvais romans romanesques.
 Mieux encore : il s'est marié. Il a divers enfants, auxquels il a soin de refuser toute éducation ; toute instruction, à plus forte raison. Il vient même d'acheter à bon prix un wagon de première classe où se loger avec femme et enfants.
Tout cela serait peu. Il sait parler de ses instants avec détail et précision. Il n'est jamais fatigué d'en parler, ni moi de l'entendre.
 

 

Les clients qui ont acheté ce livre ont aussi acheté

Find Us On...

Find Editions L'Originel - Charles Antoni on TwitterFind Editions L'Originel - Charles Antoni on FacebookFind Editions L'Originel - Charles Antoni on YouTubeFind Editions L'Originel - Charles Antoni on MySpaceEditions L'Originel - Charles Antoni RSS feed

Abonnez-vous à notre NEWSLETTER